La science du bâillement : pourquoi bâillons-nous ?

Le simple fait de penser à bâiller peut vous inciter à le faire. C’est quelque chose que tout le monde fait, y compris les animaux. Il n’est pas sain d’étouffer un bâillement, car si vous baillez à un moment particulier, c’est que votre corps en a bien besoin ! C’est l’une des actions les plus contagieuses et les plus incontrôlables qu’un organisme puisse faire. Il existe de nombreuses théories sur les raisons pour lesquelles les humains et les animaux bâillent. Une théorie populaire veut que le bâillement aide votre corps à apporter plus d’oxygène à votre cerveau et à vos organes. Mais cette théorie a été en grande partie démystifiée et remise en question.

Les causes du bâillement (en dehors de la fatigue)

La théorie la plus scientifiquement prouvée sur les raisons pour lesquelles nous bâillons est la régulation de la température du cerveau. Une étude de 2014 s’est penchée sur les habitudes de bâillements de 120 personnes et a constaté qu’il y avait moins de bâillements pendant l’hiver. Si la température du cerveau s’éloigne trop de la normale, l’inhalation d’air peut aider à le refroidir. Il se peut aussi que vous bâilliez davantage si vous souffrez de migraines et de maux de tête comparables. Lors d’une migraine, votre sang se coagule dans votre cerveau. Le bâillement aide à rafraîchir votre cerveau et à limiter cette coagulation. Une autre raison pour laquelle vous pouvez bâiller est que le corps souhaite sortir de sa torpeur, comme au réveil, par exemple. Le mouvement aide à étirer les poumons et leurs tissus et permet au corps de fléchir ses muscles et ses articulations, notamment au niveau de la partie supérieur. Il peut également forcer le sang vers votre visage et votre cerveau pour augmenter votre vigilance et votre attention.

Le bâillement est-il contagieux ?

Le bâillement est en effet (très) contagieux. Même les vidéos de personnes qui le font peuvent déclencher un bâillement à celui qui regarde. Si cela vous arrive fréquemment, c’est plutôt une bonne chose selon une étude récente. Cela montre que vous pouvez faire preuve d’empathie et de liens affectifs sains. L’étude s’est penchée sur les habitudes de bâillement de quelque 135 étudiants, mais aussi sur leurs personnalités et leurs réactions aux différents mouvements du visage. Les résultats ont montré que moins une personne avait d’empathie, moins elle était susceptible de bâiller après avoir vu quelqu’un d’autre le faire. Il est important de noter que ces résultats ne peuvent être généralisés. Ne pas « attraper » un bâillement n’est pas une preuve de tendances psychopathes ou sociopathes.

Devriez-vous consulter un médecin pour « excès » de bâillement ?

Vous devriez consulter un médecin si vous avez l’impression de bâiller plus que d’habitude et de ressentir d’autres symptômes qui nuisent à vos activités quotidiennes. Informez votre médecin du début du bâillement et d’autres symptômes, comme les vertiges, une douleur localisée et une insomnie chronique. Ces renseignements peuvent aider votre médecin à diagnostiquer la maladie sous-jacente et à formuler ses recommandations pour améliorer votre qualité de vie.

Advertisement